Le match le plus dangereux du sport

19 septembre 2017 - par Brenda Tshilanda Kapuku

Jusqu’où les athlètes sont-ils prêts pour une excellente performance voire même une victoire ? Plusieurs athlètes professionnelles se dopent pour atteindre leur objectif. Ce mensonge n’est pas utile et n’en vaut pas la peine. La beauté de la chose est de travailler et même si l’on n’arrive pas à atteindre l’objectif visé, l’essentiel et de participé.  

Disponible sur Netflix depuis le 4 août dernier, le documentaire Icarus dénonce le programme de dopage des athlètes russes y compris les coureurs cyclistes.

C’est l’histoire de deux hommes qui se retrouvent coincés dans l’un des plus grands scandales de l’histoire du sport. Il s’agit du dopage d’État en Russie. Le documentaire tourne autour d’une histoire personnelle et expérimentale. Dans Icarus, il y a deux films. Le premier ne dure pas très longtemps et c’est en fait la partie la plus simple du documentaire.

En effet, c’est l’histoire du journaliste qui fait du vélo et qui veut gagner des courses d’amateurs. Il décide donc de faire comme ses idoles et se dope pour y parvenir, question d’expérimenter le dopage. Par contre, il ne peut pas le faire tout seul et fait recours à un professionnel, Rodchenkov qui affirme plus tard dans ses propos que 50 % d’athlètes russes, voire même plus, se dopent.

Au départ, Bryan Fogel, le réalisateur veut tout simplement tester le programme dopant que certains athlètes ont su exploiter sans se faire avoir par les contrôleurs du dopage pendant des années. En effet, pour réaliser cela, le docteur Grigory Rodchenkov, chef de laboratoire antidopage des jeux olympiques de Sotchi de 2014 l’épaule pendant toutes les séances quotidiennes pour améliorer ses performances.

Le docteur finit par fuir la Russie dans la deuxième partie du documentaire, suite au scandale qui le rattrape et lui oblige à quitter ses proches et sa famille. Sa vie se retrouve en danger. Et là, le documentaire devient de plus en plus juteux.

 

Entre l’utilisation de la caméra de reportage et la fabrication d’images cinématographiques, Icarus construit une histoire qui souligne de l’amitié qui se forme entre Forgel et Rodchenkov. Les jeux de caméra sont fortement incroyables. Dans un même film, on est témoin d’un reportage et d’une enquête.

 

Bien que la télévision allemande d’un reportage accuse Rodchenkov d’être impliqué dans le dopage en Russie, les deux hommes ne se lâchent pas et jouent avec la caméra. Le réalisateur fait sentir le lien d’amitié qui se met en place tout au long du récit. Il s’agit d’une réalité et l’on peut sentir la peur et l’inquiétude qui ronge les personnes impliquées.

D’ailleurs, Bryan affirme que : « Le cas de Grigory nous prouve que dire la vérité ne nous permet pas d’accéder à la liberté. Il n’est plus libre, sa vie a changé à jamais, et interdire de dire la vérité à des conséquences. »

L’héroïsme de Rodchenkov se dévoile aux yeux de tous, mais ne sauve pas sa vie.

 

 

 

 

 

Categories:

Une réaction sur “Le match le plus dangereux du sport”

  1. rose.drouin-ouellette dit :

    J’adore le thème que tu as choisi ta critique, c’est même un sujet qui me tiens énormement à coeur. Par ton article, j’ai le goût d’aller découvrir ce documentaire pour en apprendre plus. Mon coup de coeur est ton introduction car tu apporte clairement le sujet. Comme piste d’amélioration, je me demande si tu gagnerais à élaborer plus clairement ta pensée, surtout dans le troisieme et quatrième paragraphes. Bon travail !

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.