Les 150 glorieuses années de mépris du Canada

12 septembre 2017 - par Gabriel Auclair

Le Canada fête cette année son 150ème anniversaire. Divers événements et contenus sont créés afin de permettre aux Canadiens de souligner avec fierté et dans l’euphorie la magnificence de leur pays.

 

Festivités, films, musique, tous les moyens sont bon pour se célébrer soi-même. Se clamant une société multiculturaliste et tolérante, le Canada le démontre dans ses lois et dans ses mœurs modernes; facilité d’immigration et d’accueil pour les réfugiés, pacifiste international et fondateur d’une constitution humaniste.

 

Ironiquement, ce même Canada a toujours été pervers et hypocrite dans sa façon de traiter les autochtones et les Québécois. Privation de droits fondamentaux envers les francophones après la conquête, le génocide des métis au Manitoba et la pendaison de Louis Riel, la nuit des longs couteaux, etc. Ces démonstrations de haines du passé sont différentes de celles d’aujourd’hui car celles-ci ne sont plus systémiques. De nos jours, la haine passe par des silences, des oublies ou des carricatures…

 

Par exemple, dans le cadre du 150ème, une série qui s’intitule « Canada : A Story of Us » est diffusée sur CBC et a pour but de raconter l’histoire du Canada. Le problème, c’est que cet ouvrage est rempli d’inexactitudes. Laurent Turcot, professeur d’histoire, dénonce le fait que les siècles d’histoires des premières nations sont survolés en une minute et vingt secondes. Il n’y a aucune mention de la déportation des acadiens qui pourtant est un crime horrible et historique. Même la représentation de Samuel de Champlain est pour le professeur d’histoire, mensongère. « Samuel de Champlain est le grand-père de la nation Canadienne française or, la représentation qu’on n’en donne c’est un homme sale, ordinaire, quelconque, alors que c’est un géant ». Cette série ne fait qu’appeler à la fierté Canadienne en sacrifiant les faits pour de la propagande. Dans cette série, l’Anglais c’est le héros et tout le reste sont des problèmes déjà réglés.

 

Un autre objet culturel appel à une dénonciation sulfureuse et il se nomme « Canada 150 A Celebration of Musique ». Cet album avait pour but de célébrer le Canada à travers 40 ans de musique canadienne mais, le problème c’est qu’il n’y a aucune chanson québécoise ou amérindienne. Par contre, Céline Dion apparaît sur l’album avec sa chanson « My heart will go on » … Donc, le 150ème pour le Canada n’est qu’une occasion pour lui-même de se faire jouir devant un miroir en se convaincant qu’il est le meilleur pays du monde et qu’au fond, c’est lui qui a sauvé de la décadence, les sauvages autochtones et les barbares Québécois.

Étiquettes : , ,

Categories:

Une réaction sur “Les 150 glorieuses années de mépris du Canada”

  1. Ariane Boyer dit :

    Opinion bien défendue ! Je pense que tu rends service aux Canadiens qui se souviennent plus ou moins de leur histoire. Ton texte est bien structuré et tu utilises un vocabulaire riche. Par contre, pour l’éditorial, je crois que l’importance des faits devraient surpasser ton opinion et tes émotions sur le sujet.

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.