Le CRTC à l’encontre de la langue française

11 septembre 2017 - par Élisabeth Lacoste

 

imagesLe Conseil de la radiodiffusion et des télécommunication canadiennes (CRTC), se met dans l’eau chaude en n’investissant plus dans les séries canadiennes francophone. Faire la promotion d’émissions américaines doublées en français au détriment des productions locale.

Plusieurs organismes comme  la société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC), l’association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) et l’Union des artistes (UDA), s’indignent devant cette nouvelle qui est survenue cet été. Ces derniers ont émis une lettre ouverte au CRTC.

Le cas de Série+                                                                                            SeriesPlus_2016_CMYK

Une licence de 1,5 million de dollars accordée pour les séries dramatique francophone, à la chaîne télévisuelle Série + ainsi qu’Historia , ne sera plus en vigueur au mois de septembre. C’est une onde de choc pour  tous les artisans de ces séries québécoise. Cependant, le président général du CRTC, Jean-Pierre Blais, prend réflexion sur cette situation et pense que les consommateurs qui paient à la carte peuvent choisir leurs chaînes francophones favorites. Ce qui n’est pas une situation inquiétante pour les artisans et les producteurs francophones. Or, plusieurs émissions à succès ne sera plus diffusé, malgré l’appréciation du public. D’ailleurs, plusieurs productions télévisuelles comme Encore production qui produit la populaire émission Les beaux malaises s’est fait  fermer des portes à des idées de projet télé pour Série +. 

Indignation pour le ministre Fortin

Suite à la décision du CRTC, le ministre de la culture et des communication, Luc Fortin n’est pas en accord avec l’idée que le CRTC ne soutienne plus les séries francophones canadiennes. Rappelons que monsieur Fortin est aussi ministre de la protection et la promotion de la langue française. Selon lui, une révision s’impose sur cette décision. Il demande aussi l’appuie de la ministre du patrimoine canadien, Mélanie Joly qui semble discrète sur ce sujet. L’attaché politique de madame Joly, Pierre-Olivier Herbert, dit en communiqué que la situation est bien analysée. Il va s’en dire que le gouvernement canadien et le CRTC soutiennent les mêmes idées.

Et la langue française dans tout ça ?

Avec les plateformes numériques comme Netflix qui sont beaucoup plus populaire que la télévision, et qui   contiennent  très peu de contenue francophone, la sauvegarde de la langue française devient préoccupante.Par contre,  il est difficile de savoir si c’est un impact réel pour le patrimoine de la langue française, mais il faut spécifier que les coûts relatifs aux doublages d’émission américaines sont moindres que pour une émission original produit au Québec. Néanmoins,  il y a encore  beaucoup de questionnement sur l’importance de notre culture.

Élisabeth Lacoste

 

Étiquettes : ,

Categories:

2 réactions sur “Le CRTC à l’encontre de la langue française”

  1. Bryanna Frankel dit :

    Très informatif comme éditorial. Le sujet est de grande importance et tu y fais justesse dans ton texte. Il y a quelques petits espacements de trop entre les mots qui peuvent se régler lors de la mise en page. Aussi peut-être inclure plus de photographies avec une légende afin de correspondre davantage à l’écriture du web. Aussi non, bon travail, j’ai bien aimé.

  2. Ambre Beaupré dit :

    Super intéressant comme article Élisabeth, très informatif aussi comme Bryanna l’a dit, peut-être même un peu trop. Je ne veux pas nécessairement dire qu’il y a trop d’information, mais j’aurais aimé sentir ton opinion plus tôt dans l’article.

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.