Éditorial : Une liberté de presse pour tous

2 décembre 2016 - par Nicolas Brasseur
liberte-de-presse

Doit-on maintenant se taire ? Crédit photo: IHS News

La liberté de presse est un des principes fondamentaux. Au même titre que les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires. Si un seul de ces principes est négligé, les droits des êtres humains sont en danger. Vingt-quatre mandats de surveillance sur le téléphone portable de Patrick Lagacé. C’est inconcevable. Voici trois raisons pour lesquelles il faut agir afin de protéger la liberté de presse. Patrick Lagacé n’est pas seul, Reporter sans frontière (RSF) se mobilise dans la protection des sources journalistiques. Enfin, une déclaration conçue, il y a longtemps, protège les droits de l’homme.

Pas le seul journaliste

Patrick Lagacé a été surveillé par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM), dans une enquête d’une envergure jamais connue au Québec. Et, il n’est pas le seul. Son collègue chez La Presse, Vincent Larouche, a lui aussi été visé par les mandats d’écoute. Alain Gravel, Marie-Maude Denis et Isabelle Richer de Radio-Canada ainsi qu’Éric Thibault du Journal de Montréal ont pour leur part déjà été mis sous surveillance par la Sûreté du Québec (SQ) en 2013. Donc, non il n’est pas le seul, et ce qui est inquiétant dans tout ça, c’est que le nom des autres journalistes sont sorti après l’affaire Lagacé.

Reporter sans frontière

(RSF) est une organisation non gouvernementale à but non lucratif. Elle défend la liberté de presse. Elle protège les journalistes à travers le monde et elle aide ces derniers à protéger leurs sources, à les garder dans l’anonymat. À la suite d’évènements comme nous avons connu au Québec, l’importance de cette organisation prend un sens spécifique. En effet, s’il fallait qu’elle n’ait jamais été fondée, il y aurait probablement encore plus d’injustices dans le domaine journalistique. Il est important de défendre la liberté de presse et de continuer à préserver l’anonymat des sources journalistiques. C’est pourquoi les journalistes doivent se considérer chanceux d’avoir RSF derrière eux. Heureusement, au Canada, nous sommes 18e pour la liberté de presse sur un total de 179 pays couverts par Reporter sans frontière. Il reste cependant beaucoup de travail à faire.

Une liberté de presse

Comme le stipule l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, « Tout individu a  droit à la liberté́ d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété́ pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Chaque être humain a droit à la liberté d’opinion et d’expression. Qu’est-ce que la SPVM vient faire ici ? Exactement ce qu’il ne devait pas se produire. Ce sont des jours très sombres pour le monde journalistique, car qui sait, les contacts des journalistes ne leur feront peut-être plus confiance. Et seul Dieu sait à quel point ces sources-là sont précieuses. Au moins six journalistes ont été mis sous écoute dans les trois dernières années seulement. C’est beaucoup trop. En fait, il n’y aurait jamais dû y avoir de surveillance de la part du SPVM. Dans le cas de M. Lagacé, il est chroniqueur, il a ses propres contacts et informateurs. Il ne peut pas se permettre de perdre leur confiance.

Ce qui s’est produit n’a plus lieu d’être dans le futur. Dans une société où l’on prône la liberté d’expression et plus précisément la liberté de presse, on ne peut pas se permettre de mettre des journalistes sous écoutes. Cette liberté que possèdent les journalistes, ils doivent la garder à tout prix.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Categories:

Une réaction sur “Éditorial : Une liberté de presse pour tous”

  1. jacintheranger dit :

    Vraiment belle amorce. Le lecteur sait tout de suite èa quel sujet il aura affaire. Tes 3 points sont clairs ce que j’ai beaucoup aimé. Tu ne sors pas de ton angle, tu restes focus. Vraiment bravo!

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.