Une bonne gifle pour la conscience

24 novembre 2016 - par JBeauchamp

 

Des cris de haines assourdissants envahissent l’espace, l’atmosphère devient lourde et le public retient son souffle. Une alarme se déclenche pour laisser apparaître sur l’écran: « La guerre c’est la paix. La liberté c’est l’esclavage. L’ignorance c’est la force». La dame juste à côté de moi murmure: «Bien voyons donc, ça pas de bon sens!». Perchée sur le bout de la chaise, il m’est difficile de ne pas me mettre à crier pour laisser sortir ce mélange toxique d’émotions. La pièce de théâtre 1984 est un chef d’oeuvre qui permet un éveil de la conscience. Par contre, ce n’est pas sans répercussion sur le coeur et la pensée.

1ec15cf6b829f84a457379fe385edfb3-1

©Stephane Bourgeois

Une prédiction juste

Un des aspects les plus fascinants de cette pièce est que l’histoire a été publiée en 1949. Celle-ci qui est supposée être de la fiction, mais elle se rapproche beaucoup de notre réalité à cause de l’importance de la technologie dans la société. George Orwell, l’auteur du livre qui a inspiré fortement la pièce a imaginé un monde où tout est contrôlé par le gouvernement. Chaque pas, paroles ou respirations est surveillé par les télévisions présentes partout dans la ville. Les habitants croient tout ce qui est dit par la figure d’autorité Big Brother. Wilson, le personnage principal n’est pas comme les autres. Lui, il croit en l’amour, la fraternité et l’âme humaine. Comment révolutionner les pensées de la société, tout en restant caché pour ne pas être vu à peine d’être tué?

Imaginez une société où tout est contrôlé grâce à la technologie. Où le peuple croit à presque tout ce qu’ils voient sur leur écran. Où les habitants sont tellement gavés d’information qu’ils finiront par tout oublier. Non, détrompez-vous je ne décrivais pas notre société, mais celle dans le livre.

L’immersion totale

Cette pièce de théâtre est loin de rentrer dans le moule du théâtre classique. Toute la pièce est filmée en direct par un caméraman sur scène. On peut tout voir grâce à une immense télévision qui rend les émotions plus grand que nature. Le jeu des acteurs est impeccable, puisque le public voit le moindre détail. Chaque réplique est ancrée en eux, les acteurs ne sont nul autre que leurs personnages. Ceci amène l’auditoire à se plonger complètement dans la peau du personnage.

Le décor est plutôt minimaliste, mais il est très bien utilisé. Le décor n’est pas monté en fonction du public, mais de la caméra. La pièce est comme un film avec la musique dramatique, les gros plans de la caméra qui laisse entrevoir toutes les expressions faciales et la rapidité de chaque scène.

Du revers de la médaille, pour une personne qui n’a pas lu le livre, il y a tellement de contenu dans la pièce qu’il est difficile de tout comprendre. Il manque de contextualisation au début de la pièce pour nous permettre de plonger rapidement dans l’univers de Georges Orwell.

Le choc qui réveille

À un moment donné, l’écran se ferme brusquement. Le choc est immense. C’est à ce moment qu’on réalise combien nous étions hypnotisés par l’écran lumineux plutôt que la scène. Le silence envahit le théâtre et tout notre corps revient à la réalité. 1984 secoue la conscience assez fort pour changer notre vision sur les appareils technologiques. La peur sur les visages des acteurs reste marquée dans ma mémoire pour me rappeler les méfaits que peut avoir la technologie.

Cette oeuvre va rester dans les meilleures pièces que j’ai jamais vues, pour l’implication des acteurs et le réalisme presque impossible de l’histoire. Pour changer quelque chose, il faut choquer. Au début, la pièce est vue comme macabre, mais on réalise qu’en fait ce n’est que l’essence d’un pur génie.

Une fiction qui tire sur l’horreur qui devient de plus en plus réaliste c’est inquiétant. Ce classique touche directement l’auditoire ce qui est nécessaire pour remettre en question la population quant à la place de la technologie en société. Nous avons tous besoin de lâcher nos écrans pour se faire secouer la conscience. Il est évident que vous sortirez de là avec le coeur serré, le cerveau en miette et la bouche grande ouverte. Par contre, rien ne vaut cette bonne gifle pour enfin retomber les deux pieds sur Terre et comprendre les conséquences de nos agissements.

Categories:

4 réactions sur “Une bonne gifle pour la conscience”

  1. Carolane Moise dit :

    Très belle critique. Moi qui aime beaucoup le livre 1984, tu m’as donné envie de voir la pièce. Il y a quelques fautes dans ton texte, tu vérifieras, mais cela n’empêche en rien la compréhension de ton texte. J’aime le fait que ton texte se suive comme si l’on regardait la pièce. Belle idée de structure.

  2. Damarce Hesima dit :

    Belle critique. Tu donne au lecteur un aller simple vers l’Océania. Ta description de la pièce est très bien fait. Comme Carolane a dit tu as une belle structure ce qui est vrai. J’aime aussi beaucoup ton titre. Par conséquent, j’aurais aimé voir une légende en dessous de ta photo. Bon travail 🙂

  3. janie boursier dit :

    Pour avoir vu la pièce, je peux confirmer que tu décrit vraiment bien le contenu de la pièce! Ton texte est très bien formé et j’aime beaucoup ton style d’écriture! Je n’ai pas remarquer d’hyperliens dans la critique mais mis à part ça je trouve ton texte génial 🙂
    Bon travail continue comme ça !!!

  4. leanadeau dit :

    Derrière mon écran, je t’écris ce commentaire pour te dire que tu écrit très bien et que j’ai dévoré ta critique. Premièrement, ton amorce m’a accroché dès le début. On voit bien que tu as écouté lors des cours de critique. Deuxièmement, ta structure était superbe, je n’ai rien a redire. On comprend que cette pièce était très bonne grâce aux raison que tu nous énumères. Pour finir, ta chute était percutante et bien pensée.

    Bravo, cette critique mérite un 10 sur 10!

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.